Mam’…

Une pensée pour Sya également *

Publicités

Regret

Pour moi les fleurs c’est trop tard, si ce ne sont celles de la nature. Fallait (moi) lui offrir le soleil en fin de vie, un deambulateur a minima. Pas réussi au milieu de tant de problematiques mal venues à l’imposer collectivement au monde médical.

Par contre dans le respect et remerciement evidemment de qui offre des fleurs, d’autant que c’est d’un amour et pensée(s) reliés entre la/les proches et Maman.

Transboréal

Je ne pourrai pas te parler en cette vie depuis l’espace. Le ciel porte ton image parfois. Tu aimais les tempêtes. La larme à les entendre en famille, si heureux et uniques en ce moment d’élévation. La science avance, et tu es déjà ailleurs, comme nous le serons à la suite. Un peu de volley toujours ici, quelques expos et bons restos au mieux. Tu aurais adoré continuer avec nous, en ce monde si dur et merveilleux à la fois. Je t’embrasse Maman, à te sentir influencer le temps ou les événements, si petites soient-elles ces vibrations de l’au delà. Les premiers voyages humains autour de la Terre étaient de ton époque. Espérons les prochains intergalactiques et trans-dimensionnels pour se retrouver autrement. Nous restons liés à jamais, de part le passé, nos êtres éparpillés, et l’immensité pour rêver. J’aimerais bien renaître à notre attachement affectif si essentiel comme universel, connectés d’un téléphone à des câlins maternels. Murakoze, ti amo. *

https://www.youtube.com/watch?v=Ye9U6DfU33g
(nullement binaire ni totalement naïf sur les pouvoirs qui commandent et bénéficient des recherches de ces aventuriers aux ordres)

Channy trab’ time

Les autres derrière qui gueulaient, c’était juste insupportable. En mode Pedro Almodovar style, euh non narcos à la Pablo Escobar haha. Leur ai dit « chut ». Coup de pied au cul et hurlements en représailles. Une nana parisienne bourgeoise l’a joué atteinte à son intégrité et business. Sa copine sud américaine à la voix de boeuf à protéger. Les emmerde. Sacre de ma Maman, sa mémoire. Réel. Les moustachus ont continué de beugler comme des abrutis, sous dose, me nargant, vexés. Manque de bol pour eux, en communion avec l’au delà, et un temps passé.

Sigur

Mam’, tu réapparais à Rock en Seine, pourquoi c’est si fort.
Connect & l’au-delà.
Mais avec la mort, la souffrance.
Comme être écrasé sous terre.
Les salops, ils m’ont eu, et c’est de pire en pire.
Je savais qu’il se passerait un truc.
Elle part, elle part.
Il m’a achevé.
3 ans.
Mam’ me manque.
Ils m’ont détruit.


Sigur Rose – Rock en Seine 2016
http://bambuser.com/v/6434402
http://bambuser.com/v/6434404