Archives pour la catégorie Surtout

31 octobre 2013 – 18:30

La nuit tombée sur le cimetière. Une protection, finalement, à la vue de l’inhumation, trop brutale, d’expérience, surtout là, et déjà épuisé d’avoir tant pleuré.

La maison, ici, derrière les arbres, pas loin.

Des roses pour nous tous, amenées par ma belle soeur. La lumière des phares du corbillard, pour deviner où déposer ce dernier geste fleuri, avant la fin.

Penché, délicatement, comme pour allumer un cierge plus tôt, avec l’intime besoin d’arrêter le temps, le rendre non pas infini, mais s’y résoudre, communier avec l’au delà.

Publicités

29 octobre 2013 – 18:03

La moindre chose « pas bien » que l’on peut faire (venant de moi par exemple) est contrebalancée par le fait que ce qui est affronté est au combien difficile.

Et c’est surtout le moment d’être en paix, communier ensemble.

En phase a fortiori oui.