Archives pour la catégorie Souvenir

28 novembre 2013 – 21:17

Cela me fait bizarre, j’étais sur ce podium en septembre, à parler au public. Ce soir, ils ont toutes sortes de problèmes techniques. Faute de préparation, cette fois. Nous avions été plus prévoyants, armés de tests visuels en amont, et de l’avance nécessaire le jour même.

A l’instant, Peter Knapp (en compagnie d’Elene Usdin, bien plus jeune), revisite, entre autre, les débuts de la photo de mode. Une période alors faste pour lui, notamment.

Je me sens comme ému de ressentir de mon fauteuil, ce moment d’intervention, là devant moi, comme en miroir ; mon premier speech réellement assumé, plus d’une heure durant, peu avant ta mort, Maman.

Ce que tu n’as pu observer, déjà bien affaiblie, et enfermée à la clinique.

Du temps à pianoter maintenant, sur mes messages. Deux-trois prises de parole, pour finir, lors du débat, sur la confrontation entre commerce et arts appliqués. Peu importe le micro qui flanche. Je ne lâche pas le morceau.

Et les habituels échanges de cartes ou contacts, avec les artistes et thésards. Avant de rejoindre un repère festif dans le coin, pour se détendre un chouïa les neurones.

Publicités

26 novembre 2013 – 16:00

Je me souviens Maman quand tu sortais les moules à gâteaux, ces dimanches après-midi. La joie de préparer la pâte ensemble, ou de faire monter les oeufs en neige. Un rituel vu cent fois, notre petit bonheur commun.

Si ce n’était le sucre à déposer sur les crêpes. Ou encore, la mousse au chocolat, à mettre au froid. Tu nous laissais lécher les fonds de plats, sans trop que l’on ait à amputer ce festin annoncé.

Une gourmandise maîtrisée, ou des abus culinaires délicieux, selon la saveur de tes créations renouvelées. Dévoilant un appétit d’ogre la plupart du temps.

Rouquette avait d’ailleurs eu peu de scrupules avec un quatre quart, du temps où elle partageait elle aussi nos vies. Ses moustaches pailletées trahissant cette chapardise toute naturelle, pour un animal. Plutôt malicieuse, notre chatte.

Un désarroi de circonstance pour notre estomac, vite oublié. Car un amusement finalement pour nous quatre, à raconter plus tard, auprès de nos proches.

26 novembre 2013 – 00:20

J’ai d’un coup le souvenir de Papa à Angers, avec Maman, libre comme un enfant.

L’amour de mes parents, leur complicité, je l’ai particulièrement ressenti en cette promiscuité de camping, à dormir à trois dans la même pièce.

Mon père était presque à sauter sur le lit, amusé, et faisant rire Maman.

Un bon moment, oubliant les études et le temps qui passe.

24 novembre 2013 – 16:37

Sur les lieux où l’on était passés avec Maman, lors de ses dernières visites à Paris (en compagnie de Papa bien sur). Jeu de Paume en tête, comme le café bar Sanseveria rue de Rivoli. Un tourbillon d’émotions à repenser à ces moments de joie, malgré la maladie. Maman combattant la fatigue, et le manque de souffle, accompagnée de sa bouteille d’oxygène. Nous savions le temps compté, savourant tout ce qu’il était encore possible de partager. Un condensé d’affect entre nous, déjà bien loin.

22 novembre 2013 – 02:00

Souvenir du passé, résurgence divine, évocation intemporelle ou actuelle…

Des choses magnifiques se passent dans une vie parfois. Autant y être, quel que soit le feu qui se consume, et disparait malgré soi. Je suis tout là haut, à l’infini ce soir. Le temps m’appartient. J’ai rêvé des années ce bonheur là. Même impossible, cruel. L’au delà parle pour nous. Création divine, paroxysme du plaisir, union intemporelle, pour toujours, l’amour.