Archives pour la catégorie Savoir

21 novembre 2013 – 17:00

Don’t leave me now, de Supertramp en tête. Cette musique enflammée, des années FM. La radio sur les routes. De rares moments musicaux que nous avons partagé, Maman, dans mon enfance. Vu que tu n’étais pas fan.

Tiens, je récupère la stéréo, d’un coup ; & enjoué par la commedia dell’arte, que je sais interpréter à ma façon, avec un serveur italien. Un signe, merci Maman.

Ecouté trop d’ondes perçantes, en concerts et clubs ; comme agressé par des folles furieuses plus d’une fois, hurlant leur éthylisme aux oreilles.

Un boom à l’instant également, cette fois inoffensif, faisant sursauter, mêlé aux odeurs de poulet grillé. Avec les bougies pour compenser la nuit déjà tombée, sur les tables. Et le brouhaha joyeux autour, étouffant un petit son fluet ou lounge.

Publicités

20 octobre 2013 – 20:57

Ce soir, sous conseil de mon frère, j’ai rappelé Maman. Il venait de lui téléphoner, vers 20h : « Coucou ! J ai eu maman à l instant au tel. Elle a une bonne voix. Tu peux l appeler maintenant. Elle garde le téléphone ds les mains. Je t embrasse bizz. »

J’ai donc essayé. Le téléphone de Maman était décroché. L’accueil a demandé à ce qu’il soit posé sur son socle. Je devais attendre.

Assez laborieux. Maman a raccroché rapidement. Elle souffrait de parler. Déclenchait une touche qui faisait bip. Voix très faible. J’ai pas réussi à avoir un échange correct pour elle.

Un peu plus lucide ce soir, cela dit. Mais elle pousse des petits cris de douleur en parlant. J’ai pas pu savoir où elle a mal.

Maman m’a dit que ses jambes ne bougent plus. Et qu’elle voit du monde. Que c’est bien mais fatiguant.

J’essaierai les jours prochains, de l’appeler, à nouveau. Là, elle pensait que je venais demain à 17h. Je lui ai dit que j’allais venir d’ici peu.

20 octobre 2013 – 12:35

L’échange était difficile, sur 10 mn environ. Maman n’entendait pas assez correctement.

Elle m’a dit que le « grand téléphone » marche encore mal. Et je ne comprenais pas bien si elle pouvait me répondre. On a interrompu. Elle devait manger.

Je ne sais si elle avait mal quelque part. Senti sa fatigue, des troubles, je ne sais. Elle m’a dit qu’ils allaient l’emmener en fauteuil prendre l’air un peu. Mais qu’ils ne pouvaient pas là. Je n’ai pas bien entendu.

D’autres choses, sans savoir si elle parlait aux infirmières ou une visite. J’ai essayé de parler plus fort. Maman m’a fait comprendre qu’elle n’avait pas forcément le retour sonore.

Ca me fait pleurer. Mais il faut être fort. J’ai demandé à Maman si elle voulait que je vienne la voir. Elle m’a dit oui. Je veux être là. Enfin, je cherche un peu mes mots.

Maman me manque. J’irai à Rouen la voir.