Archives pour la catégorie Hygiène

19 novembre 2013 – 14:10

Je déteste spéculer dans le vide, mais j’entends des éléments à charge vis à vis de la lutte contre le cancer, des critiques bienvenues, sur des constats à évaluer, et qui me mettent hors de moi depuis longtemps.

S’ils étaient pour certains véridiques, soyons prudents, ainsi vérifiés en totale indépendance et intégrité, par rapport au conglomérat de l’industrie des labo’ (pharmaceutiques, gestionnaires, politiques, statistiques, & médicaux), alliant très souvent, avec force et pouvoir, la cupidité et le consumérisme.

Aspect particulièrement flagrant et navrant, en ce qui concerne les principaux leaders de ce vaste marché, plus ou moins chimique, et surtout sans fin, du vivant.

Je me protège d’ailleurs d’une parano’ excessive envers ce milieu, avec comme éthique personnelle, et partagée, un minimum de recul et circonspection. On doit cela dit participer au savoir et demander des comptes.

Sans charlatanisme aucun, ni scepticisme forcené ou maladif. En considérant notamment que l’on peut se tromper, ci ou là, pour avancer, au mieux, ainsi en conséquences.

Et il sera donc temps d’y apporter enfin davantage d’éclaircissement, à ce vide de connaissances pertinentes, généralement, de tout un chacun(e), concernant les politiques médicales, de santé, et dérives adoptées ou non par nos représentants et/ou spécialistes ; si possible, sans flinguer sa vie.

Tout en considérant, oui, les efforts magnifiques, d’arrache pied fait par nombre de bonnes âmes, professionnelles ou non, face à ce fléau mortifère.

Phénomène réellement décuplé pour notre génération, et celles à venir (sans catastrophisme excessif, mais avec un minimum de lucidité), & les pollutions en augmentation exponentielle, les problèmes d’hygiènes et sécurité graves ainsi engendrés ;

– Tout comme les excès des nourritures et alimentations industrielles, imposées et généralisées particulièrement dans les habitudes et donc assiettes des « consommateurs » les plus pauvres, la majorité de nos semblables ;

– Les engrais toxiques divers, élevages et abattages non contrôlés « démocratiquement » ;

– Les expérimentations nucléaires, nourrissant pléthore de déchets radioactifs, a fortiori à très longues durées de vie létales ;

– De même avec la captation en vogue du gaz de schiste et ses conséquences désastreuses sur les nappes phréatiques ;

– Et toutes sortes d’exploitations minières plus classiques, sans normes explicites et responsables pour l’humain et l’environnement ;

– Les privatisations, au combien criminelles, des progrès techniques, médicaux, de santé, ou des traditions millénaires, pour les plus riches, brevetant le vivant & la nature.

Comme ce que fait par exemple la firme Monsanto, jouant avec les semences, modifiant la génétique sans respect de l’écosystème (de cette faune et flore si précieuse, de la biologie) ; en même temps qu’elle participe à la fabrication des pires poisons militaires (ainsi le napalm employé notamment au Vietnam, sur des populations affaiblies).

Donc tout ceci au dépend de la plupart d’entre nous, absents du pouvoir de décision, de ces conseils d’administrations de groupes sans foi ni loi ; etc…

Un mix’ explosif sur lequel il convient de réagir au plus vite et avec constance, tel que chacun(e) le peut, ou le fait depuis longtemps.

A la fois acteur et victime, notamment de la manipulation très pernicieuse de nos jours, celle de l’individualisation des principales responsabilités.

Elles sont bien plus financières et manufacturières en vérité, que l’absence de conscience d’êtres de plus en plus isolés, par cet ordre mondial néolibéral, et destructeur qui nous accable, et rompt les solidarités, sous prétexte de performance, exploits et excellence.

Un darwinisme nouveau, prenant les humains, leurs disponibilités intellectuelles, en très bas âge maintenant, car les formant à la réussite via la compétition ; poussant à la consanguinité des rapports, plutôt qu’à la mixité, et bloquant l’aventure, le naturel dans ce qu’il a de plus sein, de plus beau.

Nous y sommes particulièrement concernés, des cibles depuis l’école, jusqu’en entreprise, sur le marché du travail, salarié, de subordination, au coeur des lois même, liberticides et injustes, instaurées par les plus « méritants », avec l’énième alibi du productivisme, ou de la croissance soit disant bienfaitrice.

Ainsi, cette sélection est violente, assoiffée de digérer les âmes, universelles, en tirer la sève et un maximum de profits, dégradant les biens communs.

Enfin, elle ostracise les rapports, en rejetant à la pelle toute usure ou altérité, comme dans le prophétique film d’anticipation Le soleil vert, de mon enfance, une métaphore de ce qui vient de pire vers nous, progressivement.

Publicités