Archives pour la catégorie Collègue

25 novembre 2013 – 22:08

A’, R’,

J’espère que ça va de votre côté. Le deuil est difficile oui. Et je sais que la santé est précieuse. Donnez moi des nouvelles. Cela fera aussi vivre Maman à travers vous.

En plus de vous sentir toujours là, dans tout ce que vous représentez depuis toujours : le dynamisme, la culture, le partage et les échanges.

Oui, et il est important de laisser dire. Ainsi témoigner des problèmes qui se sont posés dans l’encadrement médical de Maman.

Ou à l’inverse, souligner l’infini bienveillance constatée ci ou là, comme certaines compétences non contestées.

D’ailleurs, nous l’avons déjà faite, cette mise au point, à la clinique, avec/via Papa notamment, sans s’étaler pour autant.

Ou bien encore récemment, lors d’un courrier de mon initiative, adressé au personnel, avec l’autorisation de mon frère et conseil de notre père.

Le temps fait son oeuvre effectivement, post-mortem. Suis rassuré de pouvoir compter sur vous, proches de Papa.

Il vous a comme voisins et ami(e)s. Une aide indéniable dans les moments d’infini tristesse, et de désespoir légitime.

Chacun(e) a des réactions incontrôlables, face à la perte de l’être cher. Le refuge social est le meilleur, accompagné d’une maitrise profonde, intérieure, domptant la douleur, au mieux.

Vous connaissez la plénitude, de l’âge, après la tempête et les marées noires. Une paix s’offre à nous, de nouveau, un jour ou l’autre. Cet espoir flirtant avec la ligne d’horizon. Nos âmes ainsi éternelles.

Maman brille, d’évocations joyeuses, en souvenirs mêmes futiles. De son infinie douceur à nous aimer, simplement. Le quotidien, banal ou imprégné par l’immensité.

De retour par chez vous, à l’occasion, sans même penser à Noël déjà, je vais avoir tant de plaisir (en contraste avec la peine inévitable), particulièrement à ne presque rien comprendre, comme toujours, aux assauts de jeux de mots, de toi R’.

Venus vraiment en rafale, et sans interruption, généralement. Tu n’as pas perdu la main, je crois.

De concert, je serai amusé du regard complice de toi A’, certainement usée par toutes ces devinettes lexicales échangées depuis vos premières fois (alors plus enthousiaste j’imagine, en ce domaine de nobles lettres).

Tiens tiens, une idée télescope mon esprit : un livre d’anthologie à créer serait une belle conclusion à cet art vivant, quelque peu espiègle, gentillement.

Au boulot donc, plutôt que de couper les troncs d’arbres cet hiver. …Elle est facile, oui. ;)

Gardez la pêche et à bientôt chers instit’ de ma jeunesse ; ex collègues au zénith de la carrière de Maman. Impérissables complicités enseignantes, en mémoire.

A conter sans la chute, ayant suffisamment d’intrigues et rebondissements taquins. Une fête, de la connaissance, de l’amitié, scolaire, et locale, imprégnée de ces vies mêlées.

Vous embrasse,

Matt

Publicités