4 février 2014 – 23:36

P’, ton prof’ de théâtre, jouant à Paris, de dos, sans mouvements et en silence, un être mourant, allongé sur son lit d’hôpital. Je n’ai pu retenir une crispation. Et successivement. Comme te voir là, sous ce déchirement familier.

Un acteur connu à la parade, offrant son humour, sa gouaille, pour donner le change, à ce désespoir là. Huis clos intemporel et tragique.

Merci P’ de l’invit’. De quoi me fondre en cette profondeur éprouvée, loin de la vacuité du quotidien professionnel, banal et violent.

J’ai aimé rentrer à pied, ensuite. Une proximité rappelant le chemin vers le théâtre où Maman jouait, en sa province natale. A ses heures de joie, ou hypnose artistique fameuse.

20140205-001856.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s